Les camps de prisonniers de guerre de l'Axe en Grande Bretagne
(Page 3/5)

Ed:15/03/2005

 

Les camps

La carte ci-dessous montre le réseau des camps de prisonniers de guerre en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord au moment où ils furent les plus nombreux. Dans les camps du nord étaient internés les Nazis et les Waffen SS les plus zélés,  les parachutistes et les sous-mariniers

 

 

Les premiers prisonniers en Grande-Bretagne furent  internés dans deux camps, les hommes du rang étant internés dans le Lancashire, au camp n°176 de Glen Mill à Oldham et les officiers au camp n°1 de Grizedale Hall.Grizedale. Hall était une propriété majestueuse qui coûtait cher à entretenir ce qui a incité un certain colonel Wedgewood à se plaindre dans un discours à la Chambre des Communes qu' "il serait économiquement plus intéressant de les(prisonniers de guerre allemands) loger à l'hôtel Ritz à Londres? " Par la suite un certain nombre de constructions modestes constituées de baraquements, de casernements et de tentes ont servi de logements. Des deux camps de 1939, le nombre s'éleva à 600 en 1948, augmentation énorme.

Tous n'ont pas été internés en Grande-Bretagne. Beaucoup d'entre eux ont été envoyés dans les territoires éloignés de l'Empire Britannique afin de limiter les problèmes d'alimentation, d'autant plus qu'une invasion allemande était imminente en 1940. Ce que la Grande Bretagne souhaitait le plus était d'éviter que   l'envahisseur allemand soit aidé par les prisonniers (bien qu'à cette époque, le nombre de prisonniers n'était pas important). Beaucoup ont été envoyés aux Etats-Unis et au Canada.

Le type de camp en Grande-Bretagne variait d'un site à l'autre. On utilisait des usines, des hôtels, des universités ou collèges ou des châteaux disponibles etc.... Mais la majorité des camps étaient des constructions en bois recouverts de tôle ondulée. Ces structures sont connues sous le nom de baraquements de Nissen et peuvent  encore être vues aujourd'hui dans les régions agricoles de l'Ecosse et du Pays de Galles.

 

 

 

  • Le plan type d'un camp de prisonniers de guerre sur le continent britannique. Ce camp est celui de Stanhill ce qui était situé sur la route de Stanhill à Knuzden entre Blackburn et Oswaldwistle dans le Lancashire dans le nord de l'Angleterre. Les parties numérotées du camp sont comme suit :
1. Miradors

2. Baraquements de prisonniers

3. Latrines

4. Dépôts de munitions

5. Cantine

6. Bureau du camp

7. Chapelle

8. Cuisine

10. Baraquement des gardiens

11. Baraquements de prisonniers

  • Après l'invasion alliée sur l'Ouest de l'Europe en1944, les prisonniers  furent transportés sur des grands chalands (avec des blessés des troupes alliées) sur la Manche vers les ports de Southampton et de Portsmouth.Il arrivait que des officiers allemands soient parfois maltraités par des hommes du rang indisciplinés mais ce n'était pas un fait général A la descente du train ,ils étaient débarrassés de leurs poux puis  dirigés vers un des neuf camps de sélection installés dans des hippodromes comme à Kempton ou dans des stades de football comme à Preston dans le Lancashire Là ils étaient interrogés par une section de renseignements (PWIS. Les équipages de vol de Luftwaffe subissaient un interrogatoire particuliers et l'information recueillie étaient exploitée ensuite par les services de renseignements. On utilisait des soldats qui parlaient couramment l'allemand (en général des Polonais qui avaient rejoint les unités combattantes alliées en Angleterre.)

    Kempton

    Les prisonniers allemands débarquent d'un train sous l'oeil vigilant des troupes britanniques au parc de Kempton attenant au camp où ils seront interrogés pour être dirigés ensuite dans d'autres camps.

  • Ils étaient interrogés sur des sujets militaires pour repérer les éléments nazis. Triés par catégories il portaient un signe de couleur sur leur uniforme. Un repère blanc signifiait que le prisonnier faisait partie de la catégorie de ceux qui étaient indifférents au régime nazi. Un repère gris signifiait que Les prisonniers modérés et pas très engagés portaient une étoffe grise. Les prisonniers fidèles à la cause nazie portaient une étoffe noire. On y retrouvait non pas , des Waffen SS, des équipages de sous-marins ou des parachutistes, mais parce qu'ils étaient des SS . Les prisonniers étaient ensuite envoyés dans les divers camps du pays. Les nazis étaient dirigés vers l' Ecosse dans des camps pour travailler dans des fermes.

    march

    Les vaincus

    Une colonne de prisonniers apparemment sans fin, marchant sous bonne garde, dans une rue anglaise , en chemin vers la captivité. Les scènes comme celles-ci étaient courantes en Angleterre les mois qui suivirent le D-Day.

  • Kurt Bock, soldat dans l'infanterie capturé en Hollande en 1944 nous décrit son voyage :

    "...des heures plus tard, nous sommes montés dans un train où nous avons pu nous asseoir sur des sièges confortables. Nous ne subissions plus de crachats comme en Hollande et personne ne nous injuriait. Au Parc de Hampden (un grand terrain de football en Ecosse) : des tables étaient alignées pour l'interrogatoire où on nous demandait notre nom, notre grade, notre compagnie et nos papiers, séances d'épouillage, douche, bain...Le jour suivant, nous sommes arrivés à Nottingham dans un camp immense .. toutefois,nous étions très déçus car nous étions logés sous des tentes.Nous y avons reçu des cigarettes, un sac et un mouchoir blanc et une couverture supplémentaire.Cela m' a été d'un grand réconfort... Le camp suivant fut celui le 191 de Crewe Hall, dans le Cheshire. Les premiers jours je n'ai ressenti que le soulagement d'avoir échappé à l'enfer. Mais cet enfer continuait toujours de l'autre côté de la Manche. Ma famille ne savait pas que j'étais sain et sauf et j' ignorais si mes parents étaient vivants. J'avais déjà appris de la mort de mon plus jeune frère Martin ".

    Hans Reckel capturé en France se rappelle

    : "Par un matin légèrement brumeux du 24 juillet 1944 , nous avons débarqué sur le sol anglais à Gosport.Tout ce que nous vîmes ou presque , c'était des femmes en tenue de travail, qui fumaient et nous remarquaient à peine. ".

    Le lieutenant Kurt Bock se rappelle:

    " Je n'avais rien d'autre que mon mon uniforme. J'ai ainsi attrapé mon premier rhume. Un soldat de ma compagnie m'a passé un petit mouchoir rouge à travers les fils barbelés... Chaque jour, nous recevions du thé au lait sucré, deux fois par jour, versé dans un boîte de conserve de corned beef quand nous en possédions! "

    Avec le nombre important de prisonniers qui arrivait vers la fin 1944, la sélection pour séparer les éléments nazis du reste des prisonniers n'était pas parfaite. Autre point à signaler était le nombre important de troupes orientales engagées dans l'armée allemande, dont beaucoup de Polonais qui avaient été faits prisonniers par les Anglais.

     

     

    Page d'accueil | Page 1 |Page 2 |Page3 | Page 4 | Page 5 |